Devenir traducteur spécialisé en 3 étapes

30 September 2021

Domaine de spécialisation
Vous aimez mes articles ? Vous pouvez me soutenir en les partageant sur vos réseaux sociaux préférés !

Si vous me connaissez un peu, vous savez que je suis traductrice spécialisée et que je travaille essentiellement avec des clients directs. Mais cela n’a pas toujours été le cas. Lorsque j’ai démarré en tant que traductrice freelance il y a 18 ans, j’étais comme la plupart d’entre nous – traducteur généraliste travaillant pour des agences de traduction. J’ai appris à devenir traducteur professionnel en faisant ! Personne ne m’avait dit à l’époque qu’un traducteur professionnel est souvent (avant tout ?) un traducteur spécialiste !

Mais avant de poursuivre, si vous avez manqué les deux articles précédents sur la traduction spécialisée, n’hésitez pas à les relire. Le premier explique ce que c’est que la traduction spécialisée en trois compétences-clés, et le deuxième aborde les grands domaines de spécialisation en traduction ainsi que les filières de formation principales en France pour devenir traducteur.

Si vous êtes déjà traducteur indépendant et si vous travaillez régulièrement avec des agences de traduction sur des textes généralistes, bravo ! Le fait d’avoir du travail récurrent en tant que généraliste en dit long sur votre professionnalisme et la qualité de vos traductions. De plus, ces expériences vous ont donné de la matière première pour commencer à identifier une spécialisation.

Vous n’êtes pas médecin ni physicien nucléaire ? Moi non plus ! Et pourtant, je suis devenue traductrice spécialisée dans un domaine plutôt technique où j’ai la chance de dialoguer avec des ingénieurs et des chercheurs de haut niveau toutes les semaines ! Si vous ne vous sentez pas légitime, avancez quand même. Vous verrez que votre spécialisation va émerger au fil des années, nourrie par vos collaborations avec vos clients et par de la formation continue.

 

La première étape pour devenir traducteur spécialisé : analyser vos projets de traduction passés

Si vous réfléchissez à vos projets passés, essayez d’identifier les documents pour lesquels vous avez ressenti une certaine aisance (voire un franc plaisir) à traduire. Mon avis personnel est que lorsqu’on travaille dans un domaine où on est excellent, l’expérience est fluide et agréable (même si on doit se documenter, faire des recherches, poser des questions et peaufiner son texte).

De plus, ce sont probablement ces mêmes traductions que vos clients ont particulièrement appréciées, un autre bon signe !

Enfin, dernier critère : votre productivité. Si vous arrivez à traduire un document dans un délai raisonnable par rapport au tarif, c’est encore un bon point.

Si vous voulez aller plus loin, téléchargez le e-book gratuit « Trouver ses premiers clients de traduction et se spécialiser ».

A ce stade, vous pouvez même éliminer certains projets ou catégories de projets de votre liste, avant d’analyser ceux qui restent pour identifier et/ou valider :

– Qu’il existe un marché pour ce type de document (validé par le fait qu’une ou des agences de traduction vous envoient régulièrement des projets dans un domaine donné).
– Le secteur d’activité « émetteur » de ce genre de demande de traduction (on ne parle pas de contourner vos clients agences de traduction, mais plutôt de déterminer de manière générale quel genre de client direct achète les traductions qui correspondent à vos compétences…).
– Le ou les types de documents que vos futurs clients ont besoin de faire traduire et dans quel contexte (contrats dans le cadre d’accords commerciaux, états financiers pour des projets de fusion ou d’acquisition, communiqués de presse pour les journalistes ou analystes spécialisés, contenus web pour des sites e-commerce…).

Ensuite : faites de la veille dans votre domaine de spécialisation afin de vous documenter et mieux connaître vos futurs clients

A présent, identifiez les grands acteurs (entreprises, institutions) impliqués dans votre domaine de spécialisation et intégrez leurs écosystèmes en ligne (c’est très facile) et hors ligne.

Par exemple, suivez-les sur LinkedIn ou les autres réseaux sociaux et abonnez-vous à leurs newsletters.
Trouvez des articles les mentionnant dans la presse généraliste et spécialisée afin de déterminer si vous devez vous abonner à des journaux et revues gratuits ou payants et lesquels.
Assistez à des webinars, démonstrations de produit, conférences, salons, etc. (en ligne…rien de plus facile, merci Covid !) et hors ligne si possible.

A ce stade, vous ne prenez aucun risque, si ce n’est d’augmenter sensiblement vos connaissances de traducteur spécialiste. Il ne s’agit pas de prospecter ni de vendre, juste d’apprendre…alors commencez sans tarder !

Dernière étape : trouver des formations pour asseoir votre positionnement de traducteur spécialisé

Selon votre profil (formation initiale et continue, expériences professionnelles), vous allez avoir besoin de formations complémentaires afin de continuer à vous spécialiser, ce sont les compétences-clés que j’ai évoquées dans cet article sur la traduction spécialisée :
– Les connaissances métier dans votre domaine de spécialisation (droit, technique, etc.).
– Les compétences rédactionnels spécifiques aux types de documents traduits (contrats, notices techniques, sites web, publicités).
– Les « bons réflexes » du traducteur, acquis par des formations et ateliers pratiques sur la traduction.

Félicitations ! Vous êtes désormais sur la voie de devenir traducteur spécialisé professionnel !

Par Sara

Je vous livre les méthodes pour vous permettre de faire le ménage dans votre clientèle, affiner votre offre, affirmer votre valeur ajoutée, vous positionner comme expert et développer une activité de traduction valorisante, épanouissante et pérenne ! Avant de devenir traductrice en 2003, j’ai travaillé dans l’enseignement et la formation pendant dix ans. J’ai obtenu la certification Qualiopi pour la formation professionnelle en mars 2021 et je suis devenue coach professionnelle certifiée (Institut de Coaching International de Genève) en juin 2021.

Les trucs et astuces de la Marmite dans votre boîte mail !

Vous aimeriez peut-être…

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code