Fixez des objectifs qui tiennent… Finies les bonnes résolutions !

16 décembre 2021

fixer un objectif
Vous aimez mes articles ? Vous pouvez me soutenir en les partageant sur vos réseaux sociaux préférés !

La fin de l’année approche. Vous avez sans doute commencé à réfléchir à vos envies, projets et objectifs pour cette nouvelle année… On en parle dans la vidéo !

Entre rêve, projet et objectif…

Faisons la part des choses entre ces 3 notions.
Un rêve est une envie (par exemple, « je veux être millionnaire »).
Un projet est plus concret, il se construit.
Un objectif a un périmètre plus restreint et il est S.M.A.R.T. (spécifique, mesurable, atteignable, réalisable et défini dans le temps).
On peut décomposer un objectif en sous-objectifs et les décliner ensuite en actions pour que cela reste dans le périmètre du SMART.
En résumé, plusieurs objectifs peuvent nourrir un projet ou un rêve !

Vision board : prudence !

De nombreuses techniques existent pour parvenir à fixer ses objectifs et à les atteindre. Les fameux vision board, ou tableau de visualisation, sont de bons outils mais ils sont insuffisants et doivent inspirer la méfiance… En effet, quand on se projette dans la situation désirée, on ressent déjà un peu la récompense. L’ocytocine est secrétée avant même d’entamer la moindre action.

Il ne faut pourtant pas en rester là !

Atteindre un objectif est un processus !

Lorsque vous vous fixez un objectif professionnel ou personnel, il faut croire au processus et accepter que la vie soit un « travail en cours ». Le plus important est de rester dans l’action et de prendre du plaisir à chaque étape.

Gérer le creux…

Mais, dans chaque projet, il y a des périodes de creux (« messy middle ») : on ne prend plus de plaisir, on fait face aux premières difficultés et on a même l’impression de reculer. C’est alors le moment de se souvenir que les échecs sont inévitables, voire nécessaires pour faire les réajustements qui s’imposent.
Vous pouvez alors prendre ce creux comme une donnée objective : l’information qu’il faut faire le point.

… et les idées noires !

Et, dans ce processus de mise en place et d’atteinte de nos objectifs, on peut avoir des idées noires, être freiner par des pensées négatives…

Que faire dans ce cas ?

  • On peut essayer de les recadrer en les reformulant de manière positive.
    Par exemple, un « je suis nul en… » peut devenir un « je pourrai apprendre à … » ou un « j’ai déjà fait preuve de… »
  • On peut dédramatiser à la manière de Tim Ferriss !

Voici les 3 questions à se poser lorsque l’on a des idées noires :

  1. Quelle est la pire chose qui puisse arriver ?
  2. Comment est-ce que je peux réduire la probabilité que cette pire chose arrive ?
  3. Si cette pire chose arrivait, comment est-ce que je peux faire pour revenir à l’état d’avant ?

La nécessité d’un plan B

Les objectifs SMART sont posés, les idées noires sont écartées… le processus est lancé ! Mais parfois, la vie prend le dessus et notre progression vers notre objectif est stoppée, c’est presque inévitable !
Et c’est pour cela qu’il faut définir un Plan B à l’avance et l’intégrer dans votre objectif.

Pour illustrer mon propos, voici mon exemple concret…

Je me suis fixé un objectif SMART : mettre 20 000 € de côté en 1 an pour constituer un apport pour un futur projet immobilier !
Mes sous-objectifs sont : rechercher des économies possibles, mettre en place ces économies et mettre 1700 € de côté chaque mois.
Mais…. ma voiture est tombée en panne ! Donc il m’a été impossible de mettre la somme mensuelle attendue de côté.
Dans ce cas, on a tendance à tout laisser tomber… Mais mon plan B, défini à l’avance, m’a permis de faire face !
1er plan B : J’ai mis, au démarrage de ce projet, 1500 € sur un compte pour gérer les urgences. Ça décale le plan d’épargne de l’objectif final, mais ce n’est pas grave car cela permet de tenir l’objectif en cas de d’imprévu !
2ème plan B : S’il m’est, malgré le 1er plan B, tout de même, impossible de maintenir l’effort d’épargne, je maintiens ce que je peux et je définis le rattrapage possible en détail ! La persévérance, c’est ce qui fait la différence !

Enfin, je vous encourage à vous récompenser, à vous féliciter au fur et à mesure de vos avancées. On peut même imaginer une récompense visuelle qui matérialise la progression. Cela peut, par exemple, être une chaine de papier à faire grandir ou un système de graduation.
Faites marcher votre imagination et n’hésitez pas à partager vos exemples en commentaires !

Par Sara

Je vous livre les méthodes pour vous permettre de faire le ménage dans votre clientèle, affiner votre offre, affirmer votre valeur ajoutée, vous positionner comme expert et développer une activité de traduction valorisante, épanouissante et pérenne ! Avant de devenir traductrice en 2003, j’ai travaillé dans l’enseignement et la formation pendant dix ans. J’ai obtenu la certification Qualiopi pour la formation professionnelle en mars 2021 et je suis devenue coach professionnelle certifiée (Institut de Coaching International de Genève) en juin 2021.

Les trucs et astuces de la Marmite dans votre boîte mail !

Vous aimeriez peut-être…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code