Les erreurs à éviter quand on démarre son activité

17 mars 2022

3 erreurs à éviter quand on se lance en tant que traducteur indépendant
Vous aimez mes articles ? Vous pouvez me soutenir en les partageant sur vos réseaux sociaux préférés !

Beaucoup de personnes qui visent la traduction freelance pensent qu’il suffit d’un ordinateur, d’un téléphone et d’un compte sur certains réseaux pour se lancer. Or, ce n’est pas si simple !

J’énonce ici quelques erreurs que j’ai faites à mon démarrage, je vous donne les conseils que j’aurais aimé avoir à ce moment-là !

 

1ère erreur : Se lancer sans faire de business plan !

On pense que l’on peut se lancer dans la traduction sans établir de business plan car notre activité ne demande pas d’investissement énorme, ne requiert pas de stock, pas d’embauche, pas de locaux cher… Mais les bénéfices de faire son business plan sont pourtant importants.

Un business plan peut être basique. Voici les grandes lignes à prévoir :

Le business plan prévoit les investissements et les charges.

On a tendance à se lancer et à attendre pour voir ce que l’on nous demande de payer, si l’on a envie ou besoin d’acheter quelque chose. Mais planifier est essentiel !
Définissez les investissements que vous devrez faire, tout de suite ou plus tard.
Cela vous permettra de fixer les besoins et les priorités, d’étaler les achats dans le temps, en les planifiant et d’éviter les achats compulsifs.

Estimez les montant des charges : consommables, abonnements, charges sociales, assurance, adhésion à une association professionnelle…
Cet exercice vous permettra de ne rien oublier. Ces charges ont un impact sur vos objectifs de revenus et même sur la viabilité de votre activité.

Le business plan estime vos revenus.

L’outil CalPro proposé par la SFT vous permettra d’envisager différents scenarios de revenu. Vous pourrez émettre une hypothèse basse, une hypothèse moyenne et une hypothèse haute en fonction de différents paramètres.
Cela vous permettra de fixer une fourchette de tarifs qui vous permettra d’arriver à vos objectifs de revenus.
Vous saurez si votre activité vous permettra de vous rémunérer correctement et de payer les charges que vous aviez identifiées ou si vous devrez envisager une autre activité alimentaire dans un premier temps.

Le business plan comprend un aspect marketing.

Posez clairement votre projet en matière de positionnement : avec quel type de client souhaitez-vos travailler et pour quel bénéfice ?

Réfléchissez alors à votre stratégie commerciale : comment trouver ce client idéal ?

Après avoir établi votre business plan, vous serez en mesure de répondre à bien des questions : besoin d‘une activité alimentaire ? équipement nécessaire ? tarif réaliste à appliquer ? formations nécessaires ?

Il n’est jamais trop tard pour effectuer ce travail. Même si vous avez lancé votre activité depuis quelques années, vous pouvez le faire pour voir où vous en êtes !

 

2ème erreur : Ne pas préparer sa prospection !

Souvent, quand on se lance, on ne prépare pas du tout sa prospection et on se contente de prendre ce qui arrive… Mais à procéder ainsi, on risque de subir les conditions appliquées par certains clients, de se faire une fausse idée du marché et certainement de se décourager.

Dans mes premières années d’activité en tant que traductrice freelance, j’ai travaillé très rapidement, avec quelques agences avec qui je collaborais régulièrement. Mais quand on travaille comme ça, on ne fait que traduire, on ne prend pas le temps de se former et on se sent enfermé dans un système. Cette situation ne me convenait pas, j’ai finalement décidé de me faire accompagner pour explorer les autres champs des possibles !

Définissez qui sont les clients avec qui vous souhaitez travailler. Le travail sur votre positionnement vous aidera.

Qualifiez ces clients potentiels en effectuant des recherches sur eux.

Vous saurez alors comment trouver ces clients et faire une prospection de qualité.

 

3ème erreur : Accepter n’importe quel projet !

Quand on reçoit une première demande, on est tellement content que l’on a tendance à dire oui à tout !

Mais je vous conseille de refuser les projets pour lesquels vous n’êtes pas totalement compétent. Ne prenez pas le risque de ne pas satisfaire la demande du client…

Or, quand on est pris à la gorge, il est plus difficile de dire non et de prendre les bonnes décisions… Préparer votre lancement est alors d’autant plus important !

Par Sara

Je vous livre les méthodes pour vous permettre de faire le ménage dans votre clientèle, affiner votre offre, affirmer votre valeur ajoutée, vous positionner comme expert et développer une activité de traduction valorisante, épanouissante et pérenne ! Avant de devenir traductrice en 2003, j’ai travaillé dans l’enseignement et la formation pendant dix ans. J’ai obtenu la certification Qualiopi pour la formation professionnelle en mars 2021 et je suis devenue coach professionnelle certifiée (Institut de Coaching International de Genève) en juin 2021.

Les trucs et astuces de la Marmite dans votre boîte mail !

Formation pour traducteur

Sara Freitas, traductrice indépendante, formatrice et coach professionnel certifié !

Je vous livre les méthodes pour vous permettre de faire le ménage dans votre clientèle, affiner votre offre, affirmer votre valeur ajoutée, vous positionner comme expert et développer une activité de traduction valorisante, épanouissante et pérenne ! 

Les trucs et astuces de la Marmite dans votre boîte mail !

Vous aimeriez peut-être…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code