Surmontez vos peurs et blocages face à la vente !

20 janvier 2022

Vous aimez mes articles ? Vous pouvez me soutenir en les partageant sur vos réseaux sociaux préférés !

Si vous n’avez pas de volet marketing / vente dans votre activité, votre entreprise ne sera pas pérenne. Au mieux, vous aller stagner, mais vous ne pourrez pas dépasser un certain palier et votre activité ne se développera pas. De plus, votre activité ne sera pas résiliente. En prévision du cas où vous perdez un client, un flux de clients nouveaux potentiels est nécessaire.

Se sentir « nul » face à la vente, c’est humain !

Cela reflète une peur d’être rejeter ou de ne pas être accepté par l’autre que nous avons tous. Nous craignons que l’autre ne voit pas notre valeur : c’est le fameux syndrome de l’imposteur !

L’idée est d’accepter cette peur et de l’affronter !

Elle ne doit pas nous empêcher d’aller de l’avant. Si on a peur mais que l’on avance quand même, on progresse dans nos objectifs !

On dédramatise l’échange commercial…

La vente, c’est trouver la bonne correspondance entre un client qui a un besoin et votre proposition.

Si un client qui ne veut pas travailler avec vous, ce n’est pas un jugement de valeur sur votre personne, ni sur votre prestation. Ce n’est tout simplement pas le bon client…

Vous n’êtes pas le bon prestataire pour lui et l’inverse est vrai aussi ! Dans une négociation commerciale, le choix se fait des deux côtés.

D’ailleurs, savoir dire non est un point essentiel : projet pas assez abouti chez le client, client pas conscient du niveau d’investissement qu’il faut pour internationaliser ses contenus, délai plus urgent que raisonnable.

En refusant un projet et en argumentant ce refus, on gagne souvent le respect du client qui reviendra vers nous plus tard.

Savoir dire non, c’est se dire oui à soi-même !

 

Comment envisager la vente différemment ? Comment apprivoiser ce sentiment d’inconfort ?

La vente est une source formidable de veille !

Regardez les entretiens de vente ou les prises de contact par mail ou sur les réseaux sociaux comme une superbe opportunité de rencontrer un client potentiel, de mieux comprendre les besoins de son client idéal, de connaître le marché.

En voyant les entretiens commerciaux comme une source d’information, vous vous enlevez le poids de devoir absolument signer…

On dit en anglais « on a deux oreilles mais qu’une bouche », ce qui veut dire que l’on doit plus écouter que parler. Comme toujours, je vous conseille donc de poser des questions ouvertes lors de ces entretiens. Ces questions encouragent votre interlocuteur à développer, à décrire son besoin et à ne pas seulement répondre pas oui ou non. N’hésitez pas à préparer vos questions à l’avance et à reformuler.

Transformez un entretien de vente en un entretien conseil

J’aime que mon client potentiel parte de notre entretien avec quelques connaissances supplémentaire pour bien choisir son prestataire de traduction et pour bien préparer son projet. Les ressources de la SFT, telles que « Traduction : faire les bons choix », regorgent de ces conseils.

Cela vous permettra de faire une bonne première impression. Et vous vous positionnez comme un expert qui, non seulement exécute, mais aussi, prodigue des conseils et ajoute de la valeur au projet.

Vous ne pouvez pas travailler avec la Terre entière !

Acceptez que tout le monde ne travaille pas avec vous… et heureusement !

Vous ne pourriez pas tout assumer et tous les clients ne correspondent pas à votre zone d’expertise. Mieux vaut avoir moins de contacts mieux qualifiés…

Et si vous n’êtes toujours pas l’aise, que faire ?

Je vous conseille de revenir aux bases : votre positionnement et votre offre. Et de vous poser quelques questions :
– Quelles prestations proposez-vous à vos clients ?
– Est-ce que vous croyez en ce que vous vendez ?
– Si non, pourquoi ?
– Y a-t-il des aspects de votre offre qui ne sont pas alignés avec vos valeurs, avec vos envies ?

Si vous vous trouvez en face d’un client qui vous propose un projet qui ne vous convient pas, nous ne serez jamais très à l’aise…

Et vous, comment vous sentez-vous faxe à la vente ? Racontez-moi cela en commentaires !

Par Sara

Je vous livre les méthodes pour vous permettre de faire le ménage dans votre clientèle, affiner votre offre, affirmer votre valeur ajoutée, vous positionner comme expert et développer une activité de traduction valorisante, épanouissante et pérenne ! Avant de devenir traductrice en 2003, j’ai travaillé dans l’enseignement et la formation pendant dix ans. J’ai obtenu la certification Qualiopi pour la formation professionnelle en mars 2021 et je suis devenue coach professionnelle certifiée (Institut de Coaching International de Genève) en juin 2021.

Les trucs et astuces de la Marmite dans votre boîte mail !

Vous aimeriez peut-être…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code